Fausse fiche de paie d’un locataire

Assurance loyer impayé

Lorsque l’on envisage la location d’un immobilier, on souhaite prendre toutes les garanties contre le risque de loyers impayés. Il est donc très important d’étudier avec précision les détails des documents demandés. La législation protège très largement le locataire une fois qu’il est en place. A l’inverse, elle préserve assez peu le propriétaire victime d’impayés.

Raison de plus pour s’assurer du mieux possible de la qualité de votre futur locataire. L’étude de la fiche de paie et la possibilité de déceler une fausse fiche de paie est un aspect important. Il y a des techniques pour cela. Si la fiche de paie est falsifiée, le bailleur sait qu’il faut absolument exclure la candidature (même si un garant a donné une caution solidaire).

Comment bien vérifier un dossier de location?

La méfiance est de rigueur du côté du bailleur pour ne pas laisser entrer dans ses murs un locataire rechignera à régler son loyer. Il convient donc de bien regarder les dossiers de candidature.

Les premières vérification sont d’ordre général. Il faut commencer par vérifier la cohérence des pièces apportées entre elle: la carte d’identité doit correspondre en tout point au contrat de travail s’il a été fourni. L’orthographe doit être absolument identique. On peut également contrôler la calligraphie de la zone du contrat où apparait le nom et l’adresse. Ne s’agit-il pas d’une police de caractères différente?

L’adresse doit coïncider également, sauf si le locataire potentiel a déménagé. Si c’est le cas, il sera en mesure d’expliquer lorsque le bailleur lui posera la question. On peut se rendre ensuite sur le site de vérification des impôts, pour contrôler la véracité de sa déclaration d’impôts fournie. Par ailleurs, en toute simplicité, il est facile aujourd’hui de consulter le réseau social professionnel LinkedIn pour vérifier le profil de la personne concernée. En cas de doute sérieux sur l’une de ces pièces, il faut impérativement approfondir les investigations et poser des questions de recoupement.

Bulletin de paie et avis d’imposition : il faut croiser les chiffres

Dans l’absolu, le bailleur a intérêt à exiger le bulletin de paie le plus récent possible, qui lui garantit l’actualité de son information. Ce document recèle de très nombreuses informations, ce qui le rend assez difficile à falsifier sans laisser de traces. Encore faut-il savoir le décrypter.
Première vérification à effectuer, la cohérence du salaire contractuel annualisé avec le montant présent en avis d’imposition: il s’agit là de vérifier un ordre de grandeur et pas des chiffres précis. Si le salaire correspond au double de ce qui est présent en imposition, c’est suspect. Il conviendra de demander une explication à ce sujet.

L’outil le plus parlant : le bulletin de paie

Le bulletin de paie doit répondre à certaines caractéristiques obligatoires: le nom patronymique du salarié est il bien exactement le même que sur sa carte d’identité? Le salaire net correspond-il bien à environ 75% du montant brut? (taux de cotisations de l’ordre de 25%). L’assiette de calcul de beaucoup de lignes de cotisations (pas toutes cependant) doit être égal au montant de salaire brut, au centime près. Il faut vérifier que les chiffres correspondent.

La date d’ancienneté présente sur le bulletin de paie doit exactement correspondre à celle figurant sur le contrat de travail. le bailleur peut aussi vérifier sur quelques lignes au hasard que les calculs de pourcentages sont justes : base de cotisation x taux = montant de cotisation. Enfin, le compte bancaire renseigné sur le bulletin de paie doit être impérativement au nom du salarié lui-même. C’est une obligation légale. Si l’ensemble de ces points sont corrects, il est probable que le bulletin est authentique. Sinon, c’est une fausse fiche de paie.

Les informations à vérifier, données par le bulletin de paie

Si une ligne entrée/sortie présente un montant, cela signifie que le salarié est en cours de départ de sa société, ou bien qu’il vient d’y entrer. On peut aussi regarder les lignes qui figurent en haut de bulletin, avant la somme de brut mensuel. Si le salarié subit u e déduction de salaire de type « saisie-arrêt », c’est à dire que son employeur prélève une part de salaire pour rembourser des dettes contractée, et passer en justice, il faut le visualiser: cette notion exclut la location concernée de l’assurance loyer impayé. Enfin, il faut regarder les éléments les plus simples et vérifier sur internet que la société employeur existe bien. Une simple recherche sur internet, la vérification du logo aideront le bailleur à savoir s’il s’agit bien d’un employeur ayant pignon sur rue. Il est possible également de visualiser sur le greffe si la société n’est pas en liquidation judiciaire. En cas de doute ou pour une simple vérification, on peut se permettre d’appeler l’employeur.

Se prémunir contre les loyers impayés : l’assurance GLI

Le meilleur moyen de ne pas avoir à se soucier des problématiques éventuelles liées au paiement des loyers est de prendre une police d’assurance en ce sens. Ces contrats permettent effectivement aux bailleurs, lorsque des problèmes d’impayés se produisent, de se faire régler les loyers manquants le temps que la situation soit régularisée (y compris les charges récupérables sur le locataire).

Dans la plupart des cas, le locataire a traversé une difficulté financière, et il a pris du retard, ce qu’il régularise avec l’assurance. Dans certains cas plus complexe, des procédures administratives doivent être mises en place pour arriver à une expulsion du locataire, le cas échéant. Durant cette période, le bailleur n’aura pas été impacté financièrement par ces impayés, ce qui lui permet de vivre avec les mêmes revenus provenant de son bien immobilier: c’est une sécurité essentielle, notamment lorsque l’on compte sur ces sommes pour vivre, ou pour rembourser un prêt. Il convient de prendre soin de ne pas négliger les éléments réglementaires liés au solde bancaire insaisissable. Cette situation d’impayé sera particulièrement sensible, d’autant que l’indexation annuelle des loyers aggravera potentiellement cette situation.

Consultez Vallois pour choisir le bon contrat d’assurance contre les loyers impayés et choisissez le contrat qui vous convient parmi nos partenaires : Solly Azar, Sada, Allianz…

FAIRE UN DEVIS DE GLI EN QUELQUES SECONDES

%

Nos dossiers traités sous 24H

Indépendance

Vallois n’est lié à aucun compagnie. Nous sommes courtier indépendant et mettons nos compétences à votre service

Notre étude est gratuite

Confiez-nous votre étude et gratuitement nous rechercherons les meilleures solutions à vous proposer.

Interlocuteur unique

Au cabinet Vallois vous bénéficiez d’un interlocuteur unique qui vous connait individuellement.  

Technicité & Réactivité

Notre différence est de nous spécialiser sur des produits demandant des compétences pluridisciplinaires, à la frontière de l’assurance et de l’analyse crédit.

Fausse fiche de paie d’un locataire modif: 2019-02-17T18:51:46+00:00 par CabinetVallois
error: Alert: Content is protected !!
Share This